jeudi, 22 août 2019

Les vidanges

Appeler les gens à réduire la production de déchets, c'est bien. Mais est-ce assez?

Lire la suite...

mercredi, 26 juin 2019

Bâtir l'Internet que je veux, pas celui que j'ai déjà

Je sais qu'Internet est bien utile pour beaucoup de gens. Il est même devenu une habitude, voire même une nécessité, pour plusieurs personnes.

Beaucoup parmi eux ne sont que des consommateurs : ils butinent d'un site à l'autre, et maintenant, surtout, d'un réseau social à l'autre. Ils ont forcément un compte Facebook, mais aussi un Instagram, un Snapchat, un Twitter. Les plus sérieux, un LinkedIn. Tous ces réseaux sociaux ont un point en commun : ils incitent à publier sur leur plateforme, et à réagir aux publications des autres.

Il faut comprendre que tous les réseaux sociaux vont faire des pieds et des mains pour faciliter les interactions entre les utilisateurs, et ce dans le but de les garder captifs entre eux, sur leur plateforme. Sur Facebook, par exemple, on a évidemment les statuts, les commentaires et les Like, mais aussi les photos, les groupes, les évènements, les petites annonces, les recommandations, les articles de blogue, les jeux, les vidéos et les directs (Facebook Live).

Lire la suite...

mardi, 28 mai 2019

Penser environnement d'abord

Je suis abonné à quelques infolettres de partis politiques, mais pas tous. Je juge mon point de vue politique comme étant de centre gauche, ce qui est, je crois, le point de vue politique de la majorité des Québécois.

Je vais tenter d'être apolitique, ici. On va jaser des vraies affaires, comme dirait l'autre.

Lire la suite...

lundi, 20 mai 2019

Le patriote

Certains se demandent pourquoi j'ai arrêté de publier sur Facebook.

Aujourd'hui, ici, au Québec, c'est la Journée nationale des patriotes.

Les deux sujets sont liés, je vous assure.

Lire la suite...

mercredi, 8 mai 2019

Je reviens

J'ai blogué avant que l'expression existe.

En 1997, j'entretenais un site web, en utilisant l'outil de l'époque (Microsoft Frontpage), dans lequel je créais des pages web avec des textes de mon cru.

Il n'y avait pas de place pour faire des commentaires à l'époque, mais j'invitais le lectorat à réagir en m'envoyant un courriel.

Huit ans plus tard, je commence à utiliser la plateforme Blogger, de Google, pour créer un premier blogue digne de ce nom, mais, bien évidemment, sur une plateforme centralisée comme Google sait si bien les faire. J'ai poursuivi l'expérience jusqu'en 2012, à un moment où je me suis lassé de discourir; j'avais l'impression de tourner en rond sur certains de mes sujets... bref, je n'avais plus rien à dire d'intéressant selon moi. J'ai arrêté de publier, pour finalement et complètement éliminer ces textes en ligne quatre ans plus tard.

Entre-temps, je niaisais sur Facebook. Oui oui, j'ai nourri la bête, moi aussi, avec des niaiseries pensées par moi ou partagées de d'autres. La course aux "J'aime", j'ai fait ça. Been there, done that.

Maintenant, je me suis assagi. J'ai compris deux, trois affaires dans les dernières années. Je ne sais pas si c'est la quarantaine qui est rentré au poste. Peut-être. Mais bon, je vais tenter de les expliquer ici dans mes prochains billets.

Pour ceux qui ne me connaissent pas

...Et ils doivent être légion! Je vais donc me présenter.

Je m'appelle Benoit Pruneau, programmeur-analyste de profession, comédien amateur une fois de temps en temps, et père de famille de quatre enfants le reste du temps. Je me tiens au courant des développements dans le secteur des technologies informatique, et plus précisément dans le domaine de l'internet. C'est un domaine où tout peut être possible, et où tout peut changer très rapidement.

J'ai étudié en informatique à Shawinigan et demeure depuis une dizaine d'années à Trois-Rivières, Québec, Canada.

Au niveau professionnel, je suis spécialiste PHP depuis quinze ans. Je m'intéresse évidemment à toutes les autres technologies entourant le web : HTML5, Javascript, CSS. Les jeunes aiment dire que je suis un Full-Stack. J'ai un peu de misère avec les anglicismes, alors je vais tout simplement dire que je suis un programmeur complet.

Ici, je vais principalement vous parler de technologies web, mais surtout, de philosophie appliquée à ces technologies. Ça va peut-être vous demander de remettre en question vos habitudes par rapport à votre cellulaire, à votre ordinateur portable, et peut-être même à votre vocabulaire.

Bon, j'en ai assez dit pour ce soir, surtout qu'il est déjà une heure du matin et que je travaille demain! Bonne nuit.